Black Adam TRUEFRENCH HDCAM MD V2 720p 2022



Black Adam' : critique : L'héroïsme, mais en noir

Regardez : le film de super héros prosélyte ! Écoutez-le nous mettre en garde contre l'absolutisme moral ! Ce n'est pas le film de héros dont nous avons besoin mais, grâce à ce qui est maintenant une tradition d'histoires de bandes dessinées bien-aimées transformées en schlocks hollywoodiens vides, c'est le film de héros que nous méritons.

Ce qui nous amène à "Black Adam", un film de super-héros terne et sans intérêt qui reprend toutes les caractéristiques du genre sous l'apparence d'une nouvelle histoire anti-héros transgressive.

Nous commençons par une histoire tragique bien ficelée impliquant une couronne magique de démons, une bande de sorciers et une rébellion populaire dans un pays ancien appelé Kahndaq. Nous sautons ensuite 5 000 ans en avant pour arriver à l'époque moderne de Kahndaq, un pays pauvre mais futuriste qui, depuis des générations, est assiégé par divers groupes de mercenaires. Adrianna (Sarah Shahi), une professeur kahndaqi aux allures d'Indiana Jones devenue chasseuse d'artefacts, est à la recherche du diadème de malheur susmentionné, avec l'aide de son frère maladroit, Karim (Mohammed Amer), et de son fils obsédé par les héros, Amon (Bodhi Sabongui).

Adrianna convoque Black Adam (Dwayne Johnson), le champion de l'ancien Kahndaq qui a reçu des pouvoirs divins du même sorcier qui - surprise ! - a transformé l'adolescent Billy Batson en Shazam (Zachary Levi), le héros en spandex rouge, dans la comédie d'action DC de 2019.

Mais Black Adam a des problèmes de rage et une fâcheuse habitude de tuer les méchants avec ses pouvoirs de foudre, alors bien sûr, selon les règles des franchises de super-héros, une super-équipe doit s'unir pour l'affronter : Cyclone (Quintessa Swindell), un petit génie en fils colorés qui peut manipuler le vent ; Atom Smasher (Noah Centineo), un héros débutant qui fait de son mieux ; Doctor Fate (Pierce Brosnan), un type de Doctor Strange dans un casque de chevalier ; et Hawkman (Aldis Hodge), le chef de cette soi-disant Société de justice d'Amérique (à ne pas confondre avec la Ligue de justice d'Amérique).

Affecté par le trop commun syndrome du film de héros surchargé, "Black Adam", réalisé par Jaume Collet-Serra, s'affranchit de l'exposition et accélère la présentation des personnages et leur histoire - pour ceux qui ont même une histoire - pour nous laisser avec une épopée de héros qui ne parvient pas à construire des enjeux émotionnels ou à vivifier ses personnages suffisamment pour qu'on s'y intéresse.


Au moins, on nous promet de l'action grinçante et sans retenue, n'est-ce pas ? Détrompez-vous : Cette promesse est impitoyablement brisée par une orgie d'effets spéciaux grossiers, accompagnés d'une musique intrusive, tonalement idiosyncrasique, incluant "Paint It, Black" des Stones. (Parce que c'est Black Adam, vous comprenez ?)

Et si vous pensiez que le temps des films d'action utilisant le ralenti comme béquille était révolu, "Black Adam" a de mauvaises nouvelles pour vous. Même les scènes de combat avec des démons de l'enfer ressuscités et des méchants déchirés en deux comme des feuilles volantes sont rendues bâillantes et carrément puériles.

Le fait que notre antihéros soit aussi excitant qu'un caillou volant avec une cape n'aide pas. Johnson flotte à travers les scènes avec ses sourcils furieusement froncés et une expression obstinément figée entre consternation et confusion. Lui et le film ne parviennent pas à capter le sérieux ni l'humour auxquels ils aspirent ; Johnson tente de dissimuler sa signature comique légère par un pincement au cœur qui aspire toute la légèreté de chaque scène à laquelle il participe.

Centineo et Amer ont la responsabilité d'apporter un soulagement comique en jouant les acolytes gaffeurs, mais ils atteignent tous deux les mêmes notes plates. Les moments comiques d'Adam, quant à eux, se limitent à ses réponses stupides aux conseils des autres personnages sur l'étiquette du héros (" Catchphrase, puis tuer ", répète-t-il avec force après Amon).

Les conseils aux héros sont essentiels aux poncifs du film sur la justice et à la mise en place laborieuse d'Adam en tant que héros alternatif pour une époque qui exige des codes d'intégrité plus nuancés et une action plus agressive. Des héros comme Superman et Aquaman sont en train de jouer les sauveurs, mais ils ont commodément négligé Kahndaq, dit Amon à Adam, suggérant que même les meilleurs bienfaiteurs du monde peuvent être sélectifs et injustes lorsqu'il s'agit de combattre le mal.

"Il n'y a que des héros et des méchants", dit Hawkman, un personnage qui, malgré la solide performance de Hodge, est incroyablement affligé de cet état d'esprit réducteur ; ainsi, le film peut refaire le même point qu'il passe deux heures à répéter. "Le monde n'a pas besoin d'un chevalier blanc, il a parfois besoin de quelque chose de plus sombre", déclare le Docteur Fate, présentant ainsi la thèse du film - qui, soit dit en passant, a été exprimée avec plus d'éloquence il y a 14 ans dans "The Dark Knight".

Si, à la fin du générique de "Black Adam", vous vous demandez encore ce qui définit un mauvais héros ou un bon antihéros, sachez que le film a au moins clarifié une chose : ce qui fait un mauvais film de héros.

Black Adam

Classé PG-13 pour les méchants qui rencontrent une fin violente et prématurée. Durée : 2 heures et 4 minutes. En salles.


Post a Comment

Previous Post Next Post

Add No1

Add No2

Contact Form